noustube
mobile
P.R.E. #1

Jörg Müller, jongleur, graduated in 1994 from the Centre National des Arts du Cirque in Châlons en Champagne, France. While there he created les tubes with Mads Rosenbeck and the year after mobile a movement/manipulation work utilizing suspended resonant tubes. In 2001 he created his latest tube work c/o a 25-minute performance in a 9 ft. tall glass tube filled with water. In 2003 he creates the Performance Research Experiment #1 (P.R.E. #1) with jess curtis, a performance between circus and dance. He started recently a research around balance. As a circus artist he has toured extensively with Cirque Plume, Compagnie Cahin-Caha in chiencrU with Martin Schwietzke and Roland Auzet.
His path has equally included work with a number of choreographers. Notably in the works of Pierre Doussaint, Francois Verret, Haim Adri, Julie Nioche, Jess Curtis and Mark Tompkins. Since 2006 he is a Feldenkrais Practitioner.

version française de ce texte
deutsche Version dieses Textes
Curriculum Vitae (french, PDF)

 

Selected Works

c/o
noustube
mobile
Performance Research Experiment #1 (P.R.E. #1)

 

Selected Videos and Images

c/o
mobile
Performance Research Experiment #1 (P.R.E. #1)

 

Selected Reviews

› Freaky Jörg

c/o, pour « care of » (aux bons soins de), est le titre de la dernière pièce de Jörg Müller, dont la musique, jouée en direct, a été composée par Vincent Peter. c/o : c'est haut, c'est slash eau, et même splash plein d'eau, oh que d'eau sous l'essai, dans le tube à essais, l'éprouvette géante de Jörg Müller. On dirait une colonne Morris transparente, même calibre, même hauteur, mais au lieu d'être à l'affiche l'artiste est au dedans, en chair et en os, en branchies plutôt, tout ouïes, trempé jusqu'aux arêtes. Drôle de poiscaille que Jörg en chemise et pantalon, qui se contorsionne et fait des bulles, à vous troubler la vue − et l'entendement − à travers mille épaisseurs, de lunettes, de liquide, de plexiglas et d'illusions. Un embryon décongelé? Un Skywalker en cure de désinfection, comme dans La guerre des étoiles? Votre clone au réveil (comme dans In vitro d'Archaos) ? C'est l'histoire d'un mec qui s'est fait entuber : séduit, happé, embobiné par l'ivresse des profondeurs, comment se serait−il enquis de la largeur du truc ? Tu parles d'un voyage dans le temps intra−utérin, aux sources du bonheur perdu, « aux bons soins » ! C'est une cage ce ventre, que dis−je une cage : une fillette de Louis XI, un lit de Procuste, une élucubration de Torquemada!

On lui avait dit : viens donc voir en apesanteur si j'y suis. Chiche, avait−il fait, et de se retrouver aussi sec − façon de parler, car il fallait d'abord travailler l'apnée en piscine − à Baïkonour, porte kazakh des étoiles, embarquement immédiat à bord d'un gros avion bourré d'instruments de mesure, et sans doute, déjà, de tubes à essai. En vol, parabolique le vol, à un moment la gravité s'envole. Fini le poids, vive la masse, on se sent tout léger léger, poisson volant, oiseau en nage, plutôt du genre albatros tout de même, ou autruche, un peu empêtré dans ses ailes. Ca ne dure que quinze secondes, mais on caserait des vies entières dans une seule de ces secondes là. Un temps fou.

On lui avait dit, riant sous cape, au moment où la gravité s'envole : toi le jongleur, toi qui défies le Ciel à longueur de temps, ben vas−y, qu'est−ce que t'attends, Don Juan, jongle ! Trauma.

Depuis, il ne s'appartient plus. On n'a pas trouvé mieux pour le contenir que cette camisole de plexi, c'est bien, ça l'empêche de jongler, ça le berce, ça le calme. Soyez sans crainte, il ne vous entend pas plus que vous ne pouvez le comprendre. Et pour ce qui est de voir, s'il vous regarde, c'est comme phénomènes de foire.

Jean−Michel Guy, Décembre 2001

« Et pour finir, Jörg Müller qui poursuit son investigation sur les tubes*, en passant avec c/o au grand format. On dirait une colonne Morris transparente, même calibre, même hauteur, mais au lieu d’être à l’affiche l’artiste est au dedans, en chair et en os, en branchies plutôt, tout ouïes, trempé jusqu’aux arêtes, à nous observer, comme phénomène de foire. »
(…)
« Au lieu du cirque, des formes totalement hybrides pour ne pas dire inclassables (c/o tient de la danse, du jonglage et de la performance plastique). »

* Au CNAC, Jörg jonglait déjà avec des tubes en fibre de verre. Avec ses tubes métalliques suspendus, il a inventé une nouvelle forme du jonglage que Jérôme Thomas, qualifie de « conique ». Le tube c/o est à l’évidence à « essai » : Jörg pousse le jonglage jusqu’à ses extrémités. Tubophile, il est aussi un immense jongleur.

Jean−Michel Guy, arts de la piste, avril 2002
« Terres de cirque 1 à La Villette / ground zero »

Jörg Müller nous fait pénétrer dans un univers étrange fait de rythmes, de vibrations, d’ondulations, de sons inconnus, de bruissements invisibles et surtout de silence. Un silence en perpétuel mouvement, un silence où le corps dessine des figures énigmatiques, où les objets (rhombes, tubes et bâtons de toutes tailles reliés ou non les uns aux autres) composent des sculptures fugaces, aériennes et éphémères qui disparaissent pour réapparaître aussitôt, ailleurs, dans un autre coin du plateau, avec une nouvelle configuration, un nouveau rythme de déplacement dans les airs, dans un dialogue continu et sans cesse changeant avec leur manipulateur, virevoltant et attentif, précis et tendu. Ce qui se joue en effet entre Jörg et ses objets qui l’entourent, l’encerclent, le frôlent, vrombissent au−dessus de sa tête ou s’immobilisent à ses pieds après un dernier frémissement, c’est une véritable danse, joute amoureuse et combat muet et singulier de l’animé contre l’inanimé à l’issue incertaine, et où l’art de l’esquive et de l’effacement le dispute sans cesse à la maîtrise et à la domination. (…)

arts de la piste n°15, janvier 2000
« le mouvement perpétuel du silence », par Marc Moreigne